Synoptik

Choisir un home-cinéma

Guide complet et conseils de choix
Élément crucial d'un film (ou d'une série), le son est pourtant généralement le point faible des téléviseurs et vidéoprojecteurs. Ces derniers ne proposent pas, pour la plupart, un rendu sonore à la hauteur de leur qualité d'image. Un système audio dédié type home-cinéma est ainsi un primordial pour profiter pleinement des contenus avec son multicanal.

Types de home-cinéma

Aussi bien associé à l'image qu'au son, le terme "home-cinéma" est cependant fréquemment utilisé pour désigner les systèmes audio capables de diffuser un son multicanal de qualité (5.1 par exemple). Il en existe de différents types avec principalement les packs ou chaines home-cinéma (ensemble ampli + enceintes) et les barres de son surround (avec ou sans enceintes arrière).

Pack home-cinéma

Il s'agit d'un ensemble avec un amplificateur audio/vidéo associé à plusieurs enceintes (5 ou davantage), lesquelles seront plus ou moins volumineuses selon les packs.

Ensemble home-cinéma compact 5.1 couleur noire et noyer
Ampli Denon + enceintes compactes Elipson

Ce type de système home-cinéma est celui qui permet la meilleure immersion sonore car les enceintes sont disposées autour du spectateur. C'est en revanche également celui dont l'installation est la moins "légère", du fait des câbles nécessaires pour relier les différents éléments. Il existe néanmoins des enceintes sans fils (en particulier pour les surround) pour une mise en place plus facile.

Répartition des enceintes autour du spectateur
Système home-cinéma 5.1
Voir les meilleurs home-cinéma
(Classement par tranches prix)
Comment ça marche ?

L'ampli reçoit un signal audio multicanal (Dolby ou DTS) issu d'un film ou d'une série (Disque Blu-Ray, Netflix, MyCanal, OCS, Disney+, etc.) et le décode pour permettre au caisson de graves et à chacune des enceintes (droite/gauche, centrale, surround) de diffuser le bon son. Le schéma ci-dessous présente le principe de fonctionnement global pour une installation home-cinéma 5.1.

Schéma de décodage d'un signal audio/vidéo avec son multi-canal 5.1 (Dolby ou DTS)

Bien que la répartition des sons selon le type d'enceintes ne soit pas figée (elle est finalisée au mixage de la bande son d'un film, en post-production), elle suit tout de même une certaine logique :

  • Enceinte centrale : dialogues.
  • Enceintes frontales (gauche/droite) : musique et effets sonores.
  • Enceintes surround : bruit d'ambiance et spatialisation (avion qui passe de droite à gauche par exemple).
  • Caisson de basse : pour les sons les plus graves. Il permet de "ressentir" les basses fréquences.
Pour plus d'informations sur le son multicanal (5.1, 7.1, etc.), les formats surround (Dolby, DTS) ou le choix des enceintes (taille, catégories, etc.), consultez la rubrique dédiée plus bas sur la page.
home-cinéma "3D"

Il existe des ensembles home-cinéma "tridimensionnels" (7.1.2 par exemple). Le son provient ou semble provenir nous seulement des côtés mais également du haut. Il ne s'agit parfois que d'un effet 3D virtuel mais vous pouvez opter pour une installation avec des haut-parleurs verticaux pour une immersion sonore maximale.

Le format de son utilisé dans ce type de configuration est le Dolby Atmos (le plus répandu) ou le DTS:X.

Son multicanal 3D (avec réflexion plafond)
Configuration Dolby Atmos

Comme le montre le schéma ci-dessus, les haut-parleurs peuvent être fixés en hauteur ou utiliser le plafond comme réflecteur du son.

Barre de son surround

C'est une autre catégorie d'appareils "home-cinéma", plus compacts. Il s'agit de barres capables de délivrer un son immersif tout en gardant l'avantage de la simplicité d'installation propre aux barres de son. Le caisson de basse et les enceintes surround sont en effet généralement sans fil et le nombre de câbles est très limité.

Barre de son avec enceintes arrière sans fil
Barre de son home-cinéma
(Samsung)

Vous remarquerez qu'il existe également des barres capables de délivrer un son "surround" sans utiliser d'enceintes satellites. Ces modèles intègrent des haut-parleurs latéraux et/ou verticaux et utilisent la réflexion sur les murs et/ou le plafond pour donner un ressenti sonore immersif (cf. visuel ci-dessous).

Réflexion du son sur le plafond
Barre de son surround
(Sony)

Sachez cependant que la spatialisation sonore obtenue sans enceintes satellites sera moins efficace (plus ou moins performante selon le ou les procédés techniques employés par la barre). Beaucoup de modèles ainsi estampillés "home-cinéma" ne le sont en réalité pas vraiment et n'offrent qu'un effet surround très limité.

Voir les meilleures barres de son home-cinéma
(Classement par tranches de prix)

Vous noterez par ailleurs que de nombreux modèles sont évolutifs, c'est-à-dire que vous pourrez dans un premier temps n'acheter que la barre puis décider ultérieurement d'y ajouter un caisson de basse et/ou des enceintes surround (sans fil pour la plupart).

Comparaison

Système home cinéma complet ou barre de son surround, les deux options présentent chacune des avantages et inconvénients (récapitulés dans le tableau ci-dessous). Le choix se fera principalement selon vos exigences quant au rendu sonore et à la facilité de mise en place.

Barre de son surroundHome cinéma
Barre son home-cinéma
Barre de son Samsung
  • Simple à installer
    Caisson (et éventuellement enceintes surround) généralement sans fil.
  • Discret et compact
    La barre regroupe de nombreux haut-parleurs (droite, gauche, centre, etc.).
  • Effet surround -
    L'immersion sonore ressentie sera plus faible, en particulier sur les modèles entrée de gamme.
Pack home cinéma avec éléments séparés et amplificateur dédié
Home cinéma Denon
  • Qualité du son
    Enceintes de plus grandes tailles + véritable ampli.
  • Son très immersif
    Les enceintes sont disposées autour du spectateur.
  • Installation plus "lourde".
    Des câbles doivent être tirés pour raccorder les enceintes à l'ampli.

Pour en savoir plus sur les différences entre ces deux solutions, vous pouvez également consulter le comparatif barre de son vs home cinéma, lequel aborde plus en détail les spécificités de ces deux types de produit.

Critères de choix

Cette section présente les points importants à connaître pour bien choisir votre système home-cinéma. Ces critères concernent en premier lieu les ensembles avec ampli et enceintes séparées mais la plupart s'appliquent également aux barres de son dites "surround".

Nombre de canaux

Le premier élément qui caractérise une installation home-cinéma est le nombre de canaux ou d'enceintes qu'elle comporte. Alors qu'une chaîne hi-fi classique (stéréo) n'utilise habituellement que 2 voies (droite et gauche), un système home-cinéma fonctionnera avec généralement au minimum 6 canaux (5+1).

Pour identifier le nombre et le type de canaux (ou voies) audio, une notation à 2 ou 3 chiffres est utilisée, par exemple 2.0, 5.1, 7.1.2, etc.

Convention de nommage des canaux surround
  • Le premier chiffre correspond au nombre de canaux centraux, frontaux, arrière ou latéraux, appelés aussi parfois voies (gauche, droite, centrale, etc.).
  • Le deuxième chiffre correspond au canal LFE (Low Frequency Effect) destiné aux basses fréquences. Il indique ainsi le nombre de caissons de basse (subwoofer) pour les graves. S'il vaut "0" cela veut dire qu'il n'y a pas de caisson séparé.
  • Le troisième chiffre est facultatif. Il correspond aux éventuels canaux verticaux pour l'obtention d'un son tridimensionnel (Dolby Atmos ou DTS:X).
Nombre de canaux vs nombre d'enceintes

Dans un système home-cinéma complet avec ampli, chaque canal est généralement relié à une enceinte différente. Ce n'est pas le cas des barres de son surround, lesquelles regroupent de nombreux haut-parleurs en un seul élément. La barre en elle-même est ainsi en général associé à minimum 3 voies (gauche, droite et centrale).

Le schéma ci-dessous présente le placement des enceintes pour un exemple type, le 5.1, lequel comporte 1x caisson de graves, 2x enceintes frontales, 1x enceinte centrale (destinées principalement aux voix) et 2x enceintes arrière.

Répartition des enceintes pour les systèmes 2.1, 3.1 et 5.1

Lors de votre recherche, vous remarquerez qu'il existe de nombreux packs home-cinéma avec davantage de canaux. Il peut s'agir soit de :

  • Plus de voies horizontales (7.1, 9.1 ...) : il y aura dans ce cas davantage d'enceintes sur les côtés ou derrière le spectateur. Un système Dolby surround 7.1, par exemple, aura 2 enceintes surround latérales et 2 enceintes arrière.
  • Un ou plusieurs caissons supplémentaires (5.2, 7.2, ...), pour de meilleures basses.
  • Des canaux verticaux (5.1.4, 7.1.2, ...) pour une spatialisation sonore 3D. Comme le montre l'illustration ci-dessous, le son ne provient plus uniquement des côtés mais également du haut (via éventuellement une réflexion sur le plafond).
Placement des enceintes pour un système Dolby Atmos avec haut-parleurs orientés vers le haut et vers le bas
Système Dolby Atmos 7.1.4

Le schéma ci-dessus (tirée du site Dolby.com) décrit une installation 7.1.4 "hybride" car elle comporte à la fois des haut-parleurs fixés au plafond (dirigés vers le bas) et des haut-parleurs orientés vers le haut, utilisant le plafond comme réflecteur sonore.

Ampli 9.1, 11.2, 13.2 ?

Lorsque vous achetez un ampli home-cinéma, le nombre de canaux indiqué sur la fiche produit ne différencie généralement pas les voies horizontales et verticales. Les sorties LFE (pour le ou les caissons) sont en revanche indiquées.

Vous trouverez ainsi par exemple des amplis estampillés 13.2 ; ils disposent de 13 canaux amplifiés (horizontaux et verticaux) et de 2 canaux "subwoofer" (basses fréquences).

Formats de son

Pour "alimenter" un équipement home-cinéma, il faut un contenu (film, série, etc.) avec un signal audio dans un format multicanal. C'est le cas pour de nombreux Blu-Ray et une partie importante du catalogue des plateformes type Netflix, Canal ou OCS par exemple. Idem pour de nombreux jeux vidéo sur PlayStation ou Xbox.

Représentation visuelle format surround
Pictogrammes son multicanal
(Carré du milieu : caisson)

Sachez cependant qu'il existe différentes normes, selon le type de son surround souhaité (audio compressée ou non, son 2D ou 3D, etc.). Les plus courantes sont supportées par la majorité des équipements mais tous les appareils ne sont pas compatibles avec les formats les plus récents (Dolby Atmos par exemple).

Deux sociétés concurrentes proposent la majorité des formats de son home-cinéma pour les produits grand public : Dolby et DTS (Digital Theater System). L'une comme l'autre propose de multiples variantes de formats audio surround. Retrouvez ci-dessous les principaux.

Logo Dolby

Formats Dolby principaux, par qualité croissante :

  • Dolby Digital : 5.1, son compressé
  • Dobby Digital Plus : 7.1, avec un débit supérieur
  • Dolby True HD : 7.1, compression audio sans perte
  • Dolby Atmos : son tridimensionnel (5.1.2, 9.1.4, etc.)
Logo DTS

Formats DTS principaux, par qualité croissante :

  • DTS Digital Surround : 5.1, son compressé
  • DTS-HD High Resolution Audio : 7.1, moins compressé
  • DTS-HD Master Audio : 7.1, compression audio sans perte
  • DTS:X : son 3D (5.1.2, 7.1.4, etc.)
Il ne s'agit ici que des formats les plus courants et, pour Dolby comme pour DTS, vous pourrez parfois rencontrer d'autres déclinaisons (Dolby Surround, Dolby Pro Logic, DTS-ES, etc.). Sachez également qu'il existe d'autres sociétés proposant des formats surround, moins répandus, notamment Auro-3D et THX.

Enceintes

Un système home-cinéma classique comporte généralement 5 enceintes et 1 caisson de basse mais ce peut être moins (barre de son surround par exemple) ou plus (ensemble 7.1, 5.1.2, etc.). Retrouvez ci-dessous les enceintes types (modèles Klipsch) :

Enceinte centrale 2 voies (Klipsch)
Enceinte centrale (1x)
C'est l'une des enceintes les plus importantes d'un système home-cinéma. Comme son nom l'indique elle est placée au centre, devant le spectateur et sert principalement pour les dialogues.
Enceintes frontales noires et dorées (avec pied)
Enceintes frontales (2x)
Placées de chaque côté de l'écran, elles se déclinent en plusieurs tailles. Les plus compactes (appelées aussi enceintes de bibliothèque) sont plus discrètes mais doivent être placées sur un meuble ou un pied. Compte tenu de leur taille réduite, elles reproduisent moins bien les basses fréquences et il est nécessaire d'y adjoindre un bon caisson de basse. Les enceintes colonnes, plus hautes, se posent à même le sol. Ces dernières ont, du fait de leur taille, de meilleurs graves.
Enceintes surround compact (avec un haut-parleur)
Enceintes surround (2x, 4x, ...)
Placées à l'arrière et/ou sur les côtés, ce peut être des modèles compacts (comme pour les frontales) ou satellites (ultra-compacts). Vous remarquerez parfois que certaines enceintes surround disposent de haut-parleurs sur deux côtés, il s'agit de modèles bipolaires ou dipolaires, souvent plus chers mais avec un effet surround plus prononcé.
Caisson de basses, finition noir et or
Caisson de basses (1x ou 2x)
Élément clé d'un système home-cinéma, le caisson permet de reproduire les basses fréquences (grâce à la grande taille du haut-parleur intégré). Il permet de mieux "ressentir" le son en lui apportant davantage de "profondeur". La grande majorité des modèles sont actifs, c'est-à-dire avec ampli intégré (et doivent donc être branché sur secteur). .
Enceinte orientée vers le haut
Enceintes verticales (2x, 4x, ...)
Moins courantes, elles ne sont utiles que dans le cas d'une configuration Dolby Atmos ou DTS:X type 5.1.2 ou 7.1.4 par exemple. Fixées ou dirigées vers le plafond, elles permettent un son immersif tridimensionnel.

S'il est possible d'acheter séparément ces différentes catégories d'enceintes, il est fréquent d'opter pour un pack pour plus de simplicité. L'avantage est d'avoir des éléments parfaitement assortis. Vous aurez par ailleurs le choix entre différentes tailles de pack home-cinéma : standard, compact ou ultra-compact.

Pack d'enceintes bois
Pack standard
(Elipson)
Pack d'enceintes 5.0.4 (Dolby Atmos)
Pack compact
(Klipsch)
Pack d'enceintes satellites
Pack ultra-compact
(Focal)
Vous constaterez que le caisson n'est en revanche pas systématiquement inclus (il est en effet courant de l'acheter séparément).

En plus de la taille, le budget et le style, retrouvez ci-dessous les principaux critères techniques qui caractérisent les enceintes :

  • Puissance admissible (exprimée en Watts) : il s'agit globalement de la quantité de courant maximale (en provenance de l'ampli) que peut recevoir l'enceinte.
  • Sensibilité (en dB/W/m) : elle correspond à la pression acoustique (en dB SPL, décibels) mesuré à 1 m de distance pour 1 watt de puissance (soit une impédance de 8 ohms et un voltage de 2.83 V). Dans la pratique, pour deux enceintes de même puissance, celle avec la plus haute sensibilité aura un niveau sonore plus élevé. Sachez cependant que sensibilité ne rime pas nécessairement avec qualité.
  • Réponse en fréquence (en Hz) : appelée aussi bande passante, elle indique la plage de fréquence que l'enceinte est capable de reproduire, des sons les plus graves au plus aigus. Elle dépend du type d'enceinte, un caisson de basse par exemple sera plutôt conçu pour reproduire les basses fréquences.
    Pour information, on considère qu'au maximum l'oreille est capable de percevoir les fréquences entre 20 Hz (graves) et 20.000 Hz (aigus).
  • Nombre de voies : pour une meilleure restitution des différentes fréquences sonores, de nombreuses enceintes comportent généralement plusieurs haut-parleurs, chacun spécialisé dans une gamme de fréquence (graves, medium, aigus). Le son est ainsi divisé en plusieurs voies (habituellement 2 ou 3, à ne pas confondre avec les canaux audio), chacune associés à un ou plusieurs haut-parleurs.
Enceintes avec 3 voies et 4 haut-parleurs
Enceinte 3 voies (4 haut-parleurs)
Enceintes sans fil

Un branchement filaire des enceintes assure en général une qualité sonore optimale mais il peut parfois s'avérer compliqué de tirer des câbles au milieu du salon, tout du moins pour les enceintes surround.

Pour les barres de son home-cinéma, les haut-parleurs surround et le caisson de basse sont en grande majorité sans fil, mais c'est moins fréquent pour les ensembles avec ampli. Des solutions existent cependant, avec par exemple les systèmes Wi-Fi MusicCast de Yamaha ou Heos de Denon. Dans ce cas ce ne sont généralement que les enceintes arrière qui fonctionneront sans fil.

Deux enceintes sans fil Wi-Fi
Enceintes Yamaha MusicCast

Ces dernières sont dites actives, c'est-à-dire qu'elles disposent d'un amplificateur intégré et qu'il faut donc tout de même les brancher sur secteur (à l'exception de celles, très rares, avec batterie rechargeable).

Voir les meilleurs home-cinéma sans fil
(classement par gamme de prix)
Adéquation ampli et enceintes

Sachez dans un premier temps qu'il n'est pas nécessaire que la marque de l'ampli soit la même que celle des enceintes, c'est même d'ailleurs souvent plutôt le contraire. Vous remarquerez ainsi que c'est le cas pour la plupart des packs home-cinéma proposés dans le commerce.

Vous avez en effet d'un côté les spécialistes des amplis (Yamaha, Denon, Marantz, ...) et de l'autre les spécialistes des enceintes (Focal, Cabasse, Elipson, Klipsch,...).

Comparaison fabricants home-cinéma
Marques amplis vs marques enceintes

Vous pourrez, par simplicité, opter pour un pack dont les éléments auront été sélectionnés par un vendeur pro mais il est également possible de choisir séparément l'amplificateur et les sets d'enceintes. Il vous faudra alors bien vérifier en amont la compatibilité entre les différents éléments, en particulier concernant la puissance.

Ampli

Si vous optez pour un home-cinéma avec éléments séparés, l'amplificateur audio/vidéo sera la pièce centrale de votre installation. Son rôle premier est de décoder le signal audio multicanal (Dolby ou DTS par exemple) et d'alimenter les enceintes, mais ce n'est pas sa seule fonction. D'autres paramètres sont à prendre en compte lors de votre choix : connectique, compatibilité 4K et HDR, calibration, multiroom, etc.

Sans entrer dans le détail car ces aspects sont ou seront explicités dans d'autres rubriques, voici les principaux points qui peuvent différencier les modèles d'ampli home-cinéma :

Points à retenir pour choisir un amplificateur
  • Puissance : c'est un point essentiel (surtout concernant la bonne adéquation avec la puissance admissible des enceintes) mais son importance est parfois surévaluée, notamment dans la mesure ou qualité audio et puissance ne vont pas nécessairement de pair (voir la rubrique puissance).
  • Nombre de canaux : c'est en général au minimum 5.1 mais si vous souhaitez un son Dolby Atmos par exemple, il vous en faudra davantage. Sachez que les fiches produit ne différencie pas les canaux verticaux et horizontaux. Pensez également à vérifier les formats audio compatibles, en particulier pour les plus récents.
  • Capacités vidéo : bien que ce ne soit pas obligatoire, l'ampli sert généralement de "hub" vidéo, c'est-à-dire que vous y branchez en HDMI vos diverses sources (lecteur Blu-Ray, Apple TV, Chromecast, etc.) et vous choisissez celle qui sera affichée sur l'écran. Il faut impérativement dans ce cas que l'ampli soit compatible avec les formats vidéo utilisés (4K, 8K, HRD10, etc.). Beaucoup d'ampli disposent aussi d'une fonction "upscaling", laquelle permet d'augmenter numériquement la résolution de l'image (et souvent de l'améliorer), pour par exemple regarder un DVD sur un écran HD ou 4K.
  • Connectique : nombre et types d'entrée/sortie (HDMI, optique, analogique, etc.), fonctions réseau, etc. Voir la rubrique dédiée plus bas sur la page.
  • Wi-Fi : sans être indispensable, la compatibilité Wi-Fi ouvre de nombreuses perspectives en termes d'utilisation avec par exemple le contrôle vocal (Alexa ou Google Assistant), les services de streaming audio intégrés (Spotify, Deezer, etc.), l'AirPlay, le multiroom, etc.
  • Calibration automatique : moins connu mais pourtant crucial, cet aspect est déterminant pour une expérience sonore optimale. Elle permet à l'ampli de prendre en compte l'environnement acoustique de la pièce (via un micro spécial, généralement fourni) pour un meilleur réglage des enceintes.

Puissance

Dans un premier temps, il faut bien faire la différence entre deux indicateurs fréquemment mentionnés : la puissance maximale et la puissance RMS (Root Mean Square, moyenne quadratique). Tous deux sont exprimés en Watt mais n'ont pas la même signification.

Comparaison puissance max vs puissance RMS
  • La puissance RMS correspond, pour simplifier, à la puissance moyenne continue délivrée par un ampli (ou admissible par une enceinte). C'est la valeur la plus pertinente à prendre en compte, notamment pour comparer des équipements entre eux.
  • La puissance maximale, appelée également puissance de crête, correspond quant à elle au "pic de puissance" que pourra délivrer un ampli (ou accepter une enceinte) sur un très court instant. Plus élevée, elle est à tort parfois mis en avant par certains fabricants ou sites marchands (la puissance est en effet un argument de vente).

Quant à savoir quelle puissance RMS choisir, il n'y a malheureusement pas de réponse simple à cette question car de nombreux facteurs influent sur le niveau sonore perçu (sensibilité, rendement des enceintes, impédance, etc.) ; la puissance en Watts n'étant qu'un élément du processus audio global.

Notez par ailleurs que, dans la plupart des cas, il faut "ajouter" à la puissance de l'ampli celle du caisson de basse. En effet, si le caisson est actif (cas le plus courant), il dispose alors de son propre amplificateur.

Retenez également que puissance n'est pas synonyme de qualité. Ainsi, à budget et fonctionnalités similaires, un système plus puissant aura généralement un ampli et/ou des enceintes avec des composants de moindre qualité et donc un rendu sonore inférieur.

Connectique

Côté connectique home-cinéma, le HDMI s'est largement imposé ces dernières années et si de nombreux modèles conservent des entrées audio analogiques, c'est principalement pour des raisons de rétro-compatibilité avec les anciens appareils, ou pour brancher des sources audio additionnelles.

En faisant transiter la vidéo et tous les canaux audio via un unique câble, le HDMI a en effet considérablement simplifié les branchements (encore davantage avec le HDMI eARC ou ARC qui permet également un retour audio).

Le visuel ci-dessous présente les ports principaux, présents sur la majorité des amplis home-cinéma (exemple avec un ampli Denon 7.2).

Connecteurs au dos d'un ampli
  • Sorties enceintes (amplifiées) : il s'agit d'un bornier sur lequel vous pourrez brancher les câbles (directement ou via des connecteurs bananes). Vous remarquerez que, pour la plupart des appareils, un code couleur identifie les différents types d'enceintes (frontales, centrale, surround, etc.).
  • Sorties caissons : ce sont des sorties LFE pre-out (pré-amplifiées), au format cinch/RCA, sur lesquels vous brancherez le ou les caissons de basse (subwoofer), lesquels disposent de leur propre amplificateur.
  • Entrées/sorties HDMI : pour raccorder la source (lecteur Blu-Ray, passerelle multimédia, décodeur, etc.) et la télévision ou le projecteur. Vous trouverez quasi-systématiquement plusieurs entrées mais il ne peut y avoir qu'une seule sortie. Si vous souhaitez récupérer le son du téléviseur (sans avoir à brancher de câble supplémentaire), privilégiez un modèle avec une sortie HDMI compatible ARC ou eARC, laquelle permet une connexion audio bidirectionnelle.
  • Entrées optiques (Toslink) : présentes sur de nombreux appareils, elles permettent de faire transiter l'audio au format numérique. La qualité est donc excellente mais les formats surround les plus récents (Dolby Atmos notamment) ne sont pas tous pris en charge car la bande passante avec l'optique numérique est plus faible qu'avec le HDMI.
  • Entrées RCA : il s'agit des connecteurs audio analogique historique. Vous pourrez ainsi par exemple y brancher des appareils stéréo (une platine vinyle par exemple) voire d'anciens équipements home-cinéma (pour les amplis avec une entrée RCA par canal audio).

Il s'agit là des connecteurs les plus courants mais vous pourrez en trouver bien davantage (cf. image ci-dessous), en particulier sur les amplis les plus haut de gamme : entrées/sorties vidéo analogiques (composite ou composante), antenne radio, Ethernet, audio numérique (coaxial), antenne Wi-Fi, etc.

Connectique ampli complète, analogique et numérique
Ampli Denon 13.2
Voir le guide de branchement home-cinéma
HDMI ARC, optique, WI-Fi, etc.

Installation globale

Il est conseillé de considérer le choix de votre système home-cinéma d'un point de vue global, c'est-à-dire qu'il faut penser en amont à son intégration dans votre installation complète : sources de contenus, écran, type de pièce, etc.

Branchements

L'interconnexion entre les différents composants est un point crucial d'une installation home-cinéma. L'objectif est d'obtenir un câblage optimal (réduit et qualitatif), tout en contenant compte des contraintes liées au positionnement des appareils dans la pièce.

Pour simplifier, comme illustré sur le schéma ci-après, une installation complète peut se résumer en 3 éléments qui envoient et/ou reçoivent de l'audio et de la vidéo :

  • L'image : écran plat ou vidéoprojecteur.
  • Le son : ampli ou barre de son home-cinéma, eux-mêmes reliés à aux enceintes
  • La ou les sources de contenus : Chromecast, Apple TV, PC, décodeur, lecteur Blu-Ray, console de jeux, etc.
Principaux composants d'une installation home-cinéma (cinéma à la maison)
Installation globale

Il existe de très nombreuses façons de brancher un home-cinéma, selon la connectique de vos appareils mais également selon la façon dont vous regardez vos films et séries (streaming, TNT, Blu-Ray, décodeur satellite, etc.). Nous n'aborderons pas ce thème en détail ici (voir le dossier spécifique) mais retenez tout de même que, dans les grandes lignes, il existe 3 configurations type :

  • Ampli pass-throuh : l'audio et la vidéo sont envoyés à l'ampli ou à la barre de son (via HDMI), lequel transmet ensuite le signal à l'écran (via HDMI).
  • TV pass-through : l'audio et la vidéo sont envoyés à la TV ou au vidéoprojecteur (via HDMI), laquelle transmet ensuite l'audio à l'ampli (via HDMI ou optique).
  • Direct TV + Ampli : la vidéo est envoyée à la TV ou au projecteur (via HDMI) et l'audio à l'ampli ou à la barre (via HDMI ou optique).

Placement des enceintes

Selon le nombre de canaux (5.1, 7.1.2, etc.) la disposition des enceintes autour du spectateur pourra varier, en particulier concernant les surround. La plupart des fabricants d'enceintes indiquent leurs recommandations pour un positionnement optimal (vous remarquerez que ces préconisations peuvent légèrement différer d'une société à l'autre).

Vous pouvez également vous référer aux recommandations de Dolby ; leur guide exhaustif (en anglais) présente pour chaque configuration possible les angles de placement horizontaux (et verticaux si nécessaire) pour optimiser votre installation.

Canapé et enceintes dans une configuration Dolby 5.1
Système Dolby 5.1
Position des enceintes autour du canapé
Système Dolby 7.1

Pour les 2 exemples ci-dessus, les angles indiqués sont mesurés par rapport à l'axe de vision du spectateur.

Concernant plus particulièrement le caisson de basse, le placement n'est pas aussi déterminant que pour les autres éléments (il est généralement positionné à proximité de l'une des enceintes frontales). Vous pouvez cependant tirer parti de la pièce pour augmenter la puissance perçue, par exemple en plaçant le caisson dans un coin. Dans tous les cas, c'est votre ressenti qui déterminera si la position est correcte.

À quelle hauteur doivent être les enceintes ?

À l'exception du caisson et des enceintes colonnes qui peuvent être posés à même le sol, les autres types d'enceintes (bibliothèque, surround, satellite, etc.) doivent être placés en hauteur, sur un meuble ou un support dédié.

Calibration auto

Une fois les branchements effectués, il est fortement recommandé, pour une expérience sonore la meilleure possible, de calibrer votre home-cinéma afin de prendre en compte la position des enceintes et l'acoustique de la pièce.

Il s'agit d'une calibration automatique effectuée par l'ampli. Celui-ci, à l'aide d'un micro fourni, va "mesurer" le son perçu par le spectateur et ajuster/équilibrer automatiquement le niveau sonore et les réglages de chacune des enceintes.

Raccordement du micro de calibration à l'ampli
YPAO (Yamaha)

Cette fonctionnalité, présente sur la majorité des amplificateurs home-cinéma, se décline sous diverses formes selon les constructeurs, avec notamment YPAO (Yamaha Parametric Room Acoustic Optimizer), Audyssey MultEQ (utilisé par Denon et Marrantz), Dirac Live, etc.

Le processus d'auto-calibration est très souvent très simple. Il suffit de brancher le micro puis de se laisser guider pas à pas via les instructions affichées sur l'écran (cf. capture d'écran ci-dessous).

Placement du micro du micro de calibration avant le lancement du test
Audyssey MULTEQ XT

TV vs projecteur

Bien que ce ne soit pas le sujet premier de cette page, le choix du type d'écran est également un point à considérer pour votre installation home-cinéma. Deux options s'offrent à vous, une télévision ou un vidéoprojecteur, chacune avec ses avantages et inconvénients.

Pour vous aider dans votre choix, le tableau ci-dessous récapitule leurs principaux atouts et faiblesses.

TélévisionVidéoprojecteur
Télévision 4K
TV Panasonic
  • Facile à installer
    Pas besoin d'écran ni de support spécifique.
  • Simple à utiliser
    Allumage immédiat, utilisable en journée ou avec les lumières allumées, etc.
  • Coût
    Vous trouverez des écrans d'excellente qualité à des prix très raisonnables.
  • Taille écran
    Inférieure à celle obtenue en vidéoprojection.
  • Inesthétique
    Très visible dans un salon lorsque non utilisée (à l'exception des modèles type "The Frame" de Samsung qui permettent d'afficher une oeuvre d'art).
Vidéoprojecteur home-cinéma
Projecteur Epson
  • Grande taille d'écran
    Généralement entre 1,50 et 3 m de large
  • Expérience "cinéma"
    Les modèles les plus performants permettent une image de qualité cinématographique.
  • Complexité d'installation
    Branchement et mise en place du projecteur, écran de projection.
  • Conditions lumineuses
    L'obscurité est recommandée car la lumière ambiante nuit à la qualité de l'image.
  • Parfois bruyant
    Selon les modèles, à cause du système de refroidissement intégré.

Notez qu'il est fréquent d'avoir à la fois un projecteur (pour les films) et une télévision (pour les programmes TV).

Une troisième option consiste à choisir un vidéoprojecteur ultra courte focale, appelé également UST (Ultra Short Throw). À mi-chemin en TV et projecteur, il permet de projeter une image avec seulement quelques dizaines de cm de recul. L'appareil peut ainsi être posé simplement sur un meuble devant un mur.

Vidéoprojecteur home-cinéma ultra courte focale
Vidéoprojecteur UST Samsung Epson

Le principe est intéressant d'autant plus que ces appareils utilisent pour beaucoup une lampe laser (longue durée de vie). Cependant, bien que les marques présentent parfois ces projecteurs comme une alternative aux télévisions, sachez que ce sont des produits encore très coûteux et que la qualité d'image reste dépendante des conditions de lumière ambiante.